Jean-Claude ACQUAVIVA - François ARAGNI - Paul GIANSILY - Stéphane SERRA - Jean SICURANI - Maxime VUILLAMIER

Depuis plus de trois décennies, l'ensemble polyphonique A Filetta est l’un des groupes phare du chant en Corse. Cette formation dont l’objectif premier fut de participer à la sauvegarde du patrimoine oral insulaire, s’est largement ouverte au monde tout en demeurant ancrée dans sa terre d’origine. Elle se caractérise par une inventivité toujours renouvelée et une interprétation exigeante.

Bien des collaborations ayant jalonné sa route ont stimulé sa créativité et enrichi son répertoire ; c’est ainsi que son chemin a croisé ceux du théâtre, de la musique de film, ou encore de la danse contemporaine.

« En octobre 1978, naissait le groupe A Filetta. A l'époque nous ne savions pas et d'ailleurs, nous ne savons toujours pas, s'il s'agissait du rêve d'une esquisse ou de l'esquisse d'un rêve. L'esquisse d'une demeure à jamais ouverte où pourraient venir trouver refuge, les âmes entremêlées, qui dans leur quête d'éternité, tissent et retissent les fils de ce vieux partage qu'est le chant. Le rêve d'un navire sans pavillon, parti de nulle part sillonner l'ailleurs où des phares immémoriaux pourraient peut-être un jour lui dire : " c'est là, parmi vous, dans l'éphémère partagé que sont les étendues éternellement heureuses ".


ACTUALITES




NOUVELLE CREATION - FESTIVAL BERLIOZ - 27 AOUT 2015

A Filetta, polyphonies corses
Orchestre Poitou-Charentes

Jean-François Heisser, piano et direction
Didier Sandre, récitant

Oratorio pour chœur polyphonique, orchestre symphonique et récitant
Textes français : Napoléon Bonaparte
Textes corses : Jean-Claude Acquaviva
Musique : Jean-Claude Acquaviva et Bruno Coulais
Orchestration : Bruno Coulais


 

Illustration : Alessandro Sanna


- NOUVEL ALBUM - 25 AOUT 2015 - CHEZ WORLD VILLAGE

Castelli …

Les châteaux…

Edifices du passé, lieux de mémoire dominant l’Histoire, mais aussi châteaux en Espagne, châteaux de sable ou de cartes… impermanence.

Ce nouveau CD, résonne comme autant de questionnements sur le rêve, la nostalgie, l’illusion, l’utopie, le sens de la vie : que reste t-il de tout ce que vous m’aviez dit ? Que reste t-il de tout ce que nous avons construit ou peut être même que nous pensions avoir construit ? Est-il encore des interstices à découvrir, des espaces à imaginer, d’autres édifices à concevoir ? Sans doute, mais avant tout, demeure ce que nous sommes, tout simplement… Borgès le dit joliment en écrivant : « Au fond, je suis tout ce que j’ai perdu » !

A Filetta poursuit sa route et articule patiemment son œuvre au fil de rencontres artistiques enrichissantes qui ont modelé ce nouveau recueil.

Contrairement à l’opus précédent (« Di Corsica riposu, requiem pour deux regards ») qui résultait d’une commande du festival de Saint Denis, cette nouvelle production rassemble essentiellement des extraits de créations diverses, entreprises pour :

-       le théâtre :

·         - Pessoassion créée en 2008  à Lorräch en Allemagne sur des textes de Fernando Pessoa, sous la direction de Marion Schmidt-Kumke (Guardiabanda et Ùn nu a sò),

·        - Songs of Lear de Shakespeare créé parGrzegorz Bralet monté par « Song of the Goat Theatre - Teatr Pieśń Kozła)  » compagnie polonaise, au Fringe Festival à Edimbourg en 2012 (Ave maris stella) 

-       la danse :
 Puz/zle du chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui créée en 2012 au Festival d’Avignon (Letterella, Notte tana et Maroccu biancu).

-       Le cinéma :
Disparus, téléfilm en deux parties produit par Ramona Productions, réalisé par Thierry Binisti et diffusé sur France 3 national en septembre 2014 (Infine, In ogni addiu, In bocca à Diu, Si spera).

En outre, cet enregistrement  compte également :

-       - deux chants créés à l’occasion de la commémoration des 50 ans de l’accident d’avion du Renosu, le 29 décembre 1962 (Gradualia et Introit),

-       - Dormi, une  magnifique berceuse écrite par les frères Vincenti,

-       - Tbiliso, un hymne géorgien ; un hommage, une déclaration d’amour à Tbilissi, cette ville qui aura tant façonné notre chant. Nous dédions cette pièce à la famille Kerefoff de Calvi.

Les textes, hormis ceux relevant de la liturgie, sont empruntés à divers auteurs : François Vincenti, Jean-Claude Acquaviva, Petru Santucci, Fernando Pessoa.

Nous tenons donc à remercier chaleureusement toutes celles et tous ceux qui nous ont accordé leur confiance en faisant de nous des partenaires et des interprètes comblés :
Helmut Bürgel,
- Gzregorz Bral,
- Sidi Larbi Cherkaoui,
- Jean-Pierre Alessandri,
- Jean-Michel Ferretti,
I fratelli Vincenti et leurs familles,
Maestro Robert Gogolashvili et les Voix de Géorgie.


 

//

 
PRESSE

LIBERATION 

“… A FILETTA est devenu l’un des premiers groupes patrimoniaux de la tradition corse grâce à sa ténacité, son savoir de la polyphonie corse et surtout son renouvellement, son ouverture du répertoire insulaire aux vents du large...” 

LE MONDE 

"Un spectacle pour onze danseurs, 7 chanteurs et un musicien dans lequel Sidi LarbiCherkaoui renoue avec la sobriété visuelle d’une écriture centrée sur le corps dansant, avec un gros travail autour du mouvement et du rythme. La pièce est par ailleurs sublimée par la sidérante majesté des chants de l’ensemble vocal corse A Filetta et de la chanteuse libanaise Fadia Tomb El-Hage. (...) Les sept voix emplissent l’espace comme on souffle doucement dans un ballon. Une pénétration toute en finesse avec une texture polyphonique limpide et une ampleur élastique qui étreint dans un même élan le répertoire traditionnel corse et oriental des interprètes." 

L’HUMANITE 

“Loin de figer la partition, la polyphonie du groupe trouve au contraire sa force dans la vie et l’émotion suscités par le travail des timbres des voix de chacun de ses membres. Sons gutturaux, musicalité nasale de certaines syllabes, mélange des intonations…Tout l’art des chanteurs d’A Filetta se trouve renforcé par une harmonie complexe dont ils ont le secret”.

L’EXPRESS 

“Les voix d’A FILETTA parlent à la peau aussi bien qu’à l’oreille.… Le groupe vocal A Filetta chante l’âme de son île avec un talent universel”.

LE NOUVEL OBSERVATEUR 

“c’est un des plus somptueux groupes de polyphonies corses qui se puissent entendre... A FILETTA a su, sans jamais se renier, ouvrir cet art immémorial sur d’autres formes d’expression, notamment en travaillant sur des musiques de film avec le compositeur Bruno Coulais…”

LE FIGARO 

“A Filetta, ou l’universel corse”. “A Filetta conquiert de nouveaux territoires esthétiques, invente de nouvelles formes”

LA TERRASSE 

“Indépendant et créatif, A Filetta réaffirme son refus de se laisser enfermer dans lerôle réducteur de gardiens du temple d’un art vocal insulaire figé voué au seul service du patrimoine pour au contraire donner vie à un ensemble inspiré, certes bien accroché à sa terre natale, mais pour mieux tendre le nez au vent ou comme aujourd’hui regarder vers le ciel, à l’image de la fougère à laquelle il a emprunté son nom…”

MONDOMIX 

“A Filetta, le chant ouvert”. “Les sept chanteurs corses du groupe polyphonique A Filetta poursuivent depuis 1978 un chemin exigeant mais ouvert, liant une culture orale sans âge aux traditions écrites, sans omettre d’aller à la rencontre du monde”.

 


BOUTIQUE
Voilà nos dernières parutions.
Cliquez ici pour voir tous nos articles.

DI CORSICA RIPOSU, REQUIEM POUR 2 REGARDS 20 €

DVD - TRENT'ANNI POCU, TRENT'ANNI ASSAI 25 €



creation site internet en corse : www.castalibre.com
HOME REPERTOIRES DISPONIBLES REPERTOIRES
SUR DEMANDE
AU COURS DES ANS CALENDRIER DISCOGRAPHIE ET BOUTIQUE RENCONTRES DE CHANTS POLYPHONIQUES ESPACE PRO CONTACTS